Deprecated: Unparenthesized `a ? b : c ? d : e` is deprecated. Use either `(a ? b : c) ? d : e` or `a ? b : (c ? d : e)` in /customers/f/7/a/acdclim.be/httpd.www/wp-content/plugins/js_composer/include/classes/editors/class-vc-frontend-editor.php on line 664 Notice: Trying to access array offset on value of type null in /customers/f/7/a/acdclim.be/httpd.www/wp-content/themes/mf/inc/framework/config.php on line 33 Notice: Trying to access array offset on value of type null in /customers/f/7/a/acdclim.be/httpd.www/wp-content/themes/mf/inc/framework/config.php on line 33 A.C.D.Clim s.r.l. https://acdclim.be Le spécialiste énergétique Sat, 07 Dec 2019 10:14:06 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=5.4.4 https://acdclim.be/wp-content/uploads/2019/04/cropped-logoacdc-32x32.png A.C.D.Clim s.r.l. https://acdclim.be 32 32 Quand et comment changer de fournisseur d’énergie ? https://acdclim.be/quand-et-comment-changer-de-fournisseur-denergie/ Sat, 07 Dec 2019 10:14:04 +0000 https://acdclim.be/?p=32213 De energuide.be Quel que soit votre type de contrat (à durée déterminée ou indéterminée), vous pouvez changer de fournisseur d’énergie à tout moment. Ce changement de fournisseur s’effectue sans indemnité de rupture (pour les particuliers et petits professionnels) et sans coupure d’énergie. Vous devez cependant tenir compte d’un délai de préavis d’un mois. Combien peut-on

The post Quand et comment changer de fournisseur d’énergie ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
De energuide.be

Quel que soit votre type de contrat (à durée déterminée ou indéterminée), vous pouvez changer de fournisseur d’énergie à tout moment.

Ce changement de fournisseur s’effectue sans indemnité de rupture (pour les particuliers et petits professionnels) et sans coupure d’énergie. Vous devez cependant tenir compte d’un délai de préavis d’un mois.

Combien peut-on gagner en changeant de fournisseur d’énergie ?

Pour la consommation moyenne d’un ménage, les spécialistes estiment que l’on peut économiser de 250 € à 300 € par an.

Pour rappel, votre facture d’électricité ou de gaz comprend différents postes. Vous payez pour l’énergie consommée, les coûts du réseau et les redevances. À cela s’ajoute, pour les particuliers, la TVA. C’est sur le poste de l’énergie, qui comprend notamment le coût du gaz et de l’électricité pratiqué par votre fournisseur, les frais d’abonnement et les éventuelles ristournes, que vous pouvez réaliser des économies.

Cette part énergie représente 30 % de la facture d’un ménage à Bruxelles et près de 40 % pour une PME (consultez le site de la CREG pour en savoir plus).

Faut-il payer pour changer de fournisseur d’énergie ?

Depuis 2012, il n’y a plus d’indemnité de rupture de contrat d’énergie pour les particuliers et petits professionnels qui consomment maximum 50 000 kWh d’électricité et 100 000 kWh de gaz annuellement (si votre entreprise consomme davantage, vérifiez les conditions mentionnées dans votre contrat).

Cet élément fait d’ailleurs partie du code de bonne conduite négocié entre l’État fédéral et les fournisseurs du marché libéralisé de l’électricité et du gaz. On y rappelle également que les fournisseurs d’énergie doivent prendre toutes les mesures pour éviter qu’un changement de fournisseur d’électricité et de gaz n’entraîne des conséquences négatives pour le consommateur. On pense par exemple à une coupure.

Attention aux offres conjointes
Si vous avez opté pour une offre comprenant des services annexes à la fourniture d’énergie (par exemple un thermostat intelligent), il est possible que vous deviez vous acquitter de frais en cas de rupture anticipée du contrat. Vérifiez ce qu’il en est dans votre contrat.

Quand changer de fournisseur d’énergie ?

Vous pouvez changer de fournisseur à tout moment, quelle que soit l’échéance de votre contrat.
Il y a cependant des moments où changer de fournisseur est particulièrement intéressant :

  • lorsque vous constatez, via un simulateur (voir point ci-dessous) que vous pouvez réaliser des économies en changeant de fournisseur d’énergie ;
     
  • lorsque les prix de gros du gaz et de l’électricité sont bas, il peut être intéressant de passer à un tarif fixe avec un nouveau contrat (voir ci-dessous le point « tarif fixe ou variable ? »). Surveillez la presse (par exemple en activant une Google Alert), elle fait écho de ces variations de prix ;
     
  • aux alentours du relevé de vos compteurs pour les propriétaires de panneaux solaires qui ont encore un compteur qui tourne à l’envers.
    En effet, si votre consommation est en négatif lorsque vous changez de fournisseur, elle sera remise à 0 kWh et vous perdrez votre excédent de production. Il vaut donc mieux changer de fournisseur juste après le relevé périodique de votre compteur d’électricité ou à un moment où vous n’avez pas encore produit beaucoup d’électricité en excédent.

Comment choisir votre ou vos nouveau(x) fournisseur(s) d’énergie ?

Rappelons qu’il est tout à fait possible de choisir deux fournisseurs différents : l’un pour l’électricité et l’autre pour le gaz.

Comparer et choisir soi-même

Il existe de nombreux comparateurs et outils en ligne qui vous permettent de comparer les tarifs des fournisseurs. Pour réaliser une comparaison objective, privilégiez les comparateurs des instances officielles :

  • Brusim vous permet de comparer les fournisseurs de gaz et d’électricité en Région bruxelloise.
  • L’outil CREG Scan permet de comparer votre contrat d’énergie à l’offre actuelle du marché.
  • Comparateur-Energie.be est certifié par la CREG (Commission de Régulation de l’Électricité et du Gaz).
  • InforGazElec réalise gratuitement sur demande une simulation tarifaire sur la base de votre facture d’énergie (pour Bruxelles uniquement).

Cela dit, n’hésitez pas à jeter un œil également aux comparateurs de sociétés commerciales qui peuvent proposer des promotions intéressantes.

Quel que soit le site sur lequel vous comparez, veillez à ne pas prendre en compte uniquement uniquement les tarifs appliqués, mais vérifiez également :

  • les conditions du contrat (surtout si des services annexes sont proposés),
  • le délai de réponse du service client,
  • les frais appliqués en cas de factures impayées (certains fournisseurs facturent des frais supplémentaires au premier rappel)
  • etc…

En ce qui concerne les offres promotionnelles, lisez bien les conditions qui s’appliquent afin d’éviter toute mauvaise surprise. Si vous souhaitez opter pour de l’électricité verte, rappelez-vous que tous les fournisseurs verts ne sont pas égaux et vérifiez au préalable que le fournisseur de votre choix répond bien à vos exigences, par exemple en consultant le classement établi par Greenpeace.

Une fois votre choix arrêté, consultez le site web officiel du fournisseur pour avoir toutes les informations sur le contrat et les éventuels services annexes proposés (appli de suivi de la consommation électrique…).

Faire appel à un prestataire spécialisé

Si vous n’avez pas de temps à consacrer à la recherche d’un nouveau fournisseur ou si vous souhaitez vraiment optimiser les économies possibles, vous pouvez faire appel à un service comme June Energy. Cette entreprise monitore en continu les tarifs pratiqués par les fournisseurs et change votre contrat dès qu’il est possible de réaliser des économies.

Les achats groupés d’énergie peuvent également être une solution. Sachez toutefois que les économies potentielles sont limitées.

Démarchage : attention !

Certains fournisseurs d’énergie pratiquent le démarchage à domicile. Les démarcheurs peuvent se montrer très convaincants et il n’est pas rare que l’on signe trop vite un contrat à première vue alléchant. Dans ce cas, sachez que vous disposez d’un délai légal de rétractation de 14 jours calendrier à compter de la réception de la confirmation du fournisseur.

Consultez les conseils pratiques de Test Achats sur le démarchage à domicile.

Tarif fixe ou variable ?

Avec un tarif fixe, vous payez le même prix pour l’énergie consommée tout au long de votre contrat. Le tarif variable suit les fluctuations du marché de gros de l’énergie. Selon les contrats, il peut être revu chaque mois ou chaque trimestre.

Selon le moment où vous changez de fournisseur (période de l’année et actualité) et selon l’énergie concernée (gaz ou électricité), l’une des deux formules peut s’avérer plus intéressante. Par exemple, si les prix de gros de l’énergie sont particulièrement bas, il est plus intéressant d’opter pour un tarif fixe et de s’assurer de garder ce tarif toute l’année.

Test Achats publie régulièrement ses recommandations en la matière. N’hésitez pas à consulter au moment opportun la rubrique News de la section Maison & Énergie.

Comment procéder une fois le(s) fournisseur(s) choisis

Complétez simplement le formulaire prévu à cet effet sur le site Internet du nouveau fournisseur ou demandez un contrat à signer chez vous.

Une fois ce formulaire envoyé, vous ne devez plus vous occuper de rien. Votre ancien fournisseur sera automatiquement averti via le gestionnaire du réseau de distribution et vous enverra une facture de clôture.

Attendez-vous à être relancé par téléphone ou par courrier par l’ancien fournisseur mais n’ayez aucune mauvaise conscience : c’est votre droit souverain de consommateur de changer de fournisseur et vous n’avez aucune justification à fournir.

Nos contrats d’entretien

Vous trouverez ici notre modèle de contrat d’entretien ainsi que notre liste de prix en suivant ce lien-ci.

The post Quand et comment changer de fournisseur d’énergie ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Comment éviter l’intoxication au CO ? https://acdclim.be/comment-eviter-lintoxication-au-co/ Sun, 27 Oct 2019 13:24:32 +0000 https://acdclim.be/?p=32195 Le CO ou monoxyde de carbone est un gaz dangereux, inodore et incolore, qui tue chaque année. Il apparaît lors d’une combustion incomplète de combustibles causée par un brûleur défectueux, une mauvaise installation, un mauvais entretien de votre appareil ou encore un mauvais tirage de la cheminée. Le risque d’émission de CO existe pour tous

The post Comment éviter l’intoxication au CO ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Le CO ou monoxyde de carbone est un gaz dangereux, inodore et incolore, qui tue chaque année. Il apparaît lors d’une combustion incomplète de combustibles causée par un brûleur défectueux, une mauvaise installation, un mauvais entretien de votre appareil ou encore un mauvais tirage de la cheminée.

Le risque d’émission de CO existe pour tous les appareils de chauffage et de production d’eau chaude qui fonctionnent avec un combustible comme le gaz naturel, le bois, le mazout, le charbon, le butane, le propane, le pétrole ou les pellets : 

  • chauffe-eau au gaz
  • poêle au gaz, au bois, aux pellets ou au mazout
  • four
  • chauffage central au gaz naturel
  • chauffage d’appoint
  • etc.

4 mesures de précaution pour éviter les émissions de CO

Pour ne laisser aucune chance au CO, vous devez prendre 4 mesures de précaution.

  1. Assurez un apport permanent d’air frais dans la pièce où se trouve l’appareil via des ouvertures et des grilles de ventilation. C’est primordial. Surtout l’hiver, quand vous utilisez plus intensivement les appareils et que les conditions météorologiques peuvent nuire à une bonne évacuation des gaz brûlés. 
     
  2. Faites installer et entretenir vos appareils par des professionnels.
    • un contrôle annuel (mazout, charbon, bois)
    • un contrôle obligatoire tous les 2 ans (gaz naturel et autres gaz)
       
  3. Vérifiez chaque année que la cheminée ou le conduit d’évacuation a un bon « tirage » afin que les gaz de combustion puissent être correctement évacués.
     
  4. N’utilisez jamais de manière permanente un chauffage d’appoint fonctionnant avec un combustible, car aucune évacuation des gaz de combustion n’est prévue dans ce type d’appareil.

La solution la plus sûre est d’utiliser un appareil au gaz naturel étanche de type C. Vous éviterez ainsi tout risque : l’apport d’oxygène et l’évacuation des gaz de combustion se déroulent hors de la pièce dans laquelle se trouve l’appareil.

Nos contrats d’entretien

Vous trouverez ici notre modèle de contrat d’entretien ainsi que notre liste de prix en suivant ce lien-ci.

The post Comment éviter l’intoxication au CO ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Quel est le meilleur moment pour entretenir sa chaudière? https://acdclim.be/quel-est-le-meilleur-moment-pour-entretenir-sa-chaudiere/ Wed, 16 Oct 2019 08:12:39 +0000 https://acdclim.be/?p=32184 L’entretien annuel de chaudière par un professionnel est obligatoire. Mais quand faut-il le réaliser ? Pour éviter les pannes on vous dit tout sur la période idéale pour entretenir votre chaudière au mazout ou au gaz. Le printemps et été : moment idéal pour entretenir sa chaudière Il est conseillé d’effectuer votre entretien de chaudière

The post Quel est le meilleur moment pour entretenir sa chaudière? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
L’entretien annuel de chaudière par un professionnel est obligatoire. Mais quand faut-il le réaliser ? Pour éviter les pannes on vous dit tout sur la période idéale pour entretenir votre chaudière au mazout ou au gaz.

Le printemps et été : moment idéal pour entretenir sa chaudière

Il est conseillé d’effectuer votre entretien de chaudière pendant les saisons chaudes : printemps et été. En effet, l’automne est la saison du redémarrage de chaudière. Il est donc important d’anticiper et de s’assurer d’avoir des appareils de chauffage fonctionnels pour le retour du froid.

Si vous n’avez pas vérifié votre matériel et votre chaudière avant le retour de la saison de chauffe, vous avez davantage de risque de tomber en panne au plein cœur de l’hiver, là où la chaudière fonctionne à plein régime.

Il est encore temps de faire votre entretien de chaudière en automne

Pas de panique si vous n’avez pas eu le temps de faire votre entretien de chaudière avant l’été. La période chaude et le début de l’automne sont de très bons moments pour faire l’entretien, mais n’attendez pas trop longtemps. En effet, les techniciens d’entretien de chaudière sont moins disponibles en fin d’automne et en hiver car les dépannages urgents sont fréquents à cette période.

Faire l’entretien de sa chaudière en hiver est également possible

Même si c’est plus contraignant, il est également possible de faire entretenir sa chaudière en plein hiver. Contrairement aux périodes basses, il vous faudra sans doute prendre rendez-vous longtemps en avance et vous serez privé de chauffage pendant l’intervention d’entretien.

Pourquoi l’entretien de chaudière est si important ?

Il est très important d’entretenir sa chaudière chaque année, c’est obligatoire, sécurisant et permet de faire des économies. Si l’entretien de chaudière annuel est obligatoire et doit être effectué par un professionnel, c’est entre autres pour des raisons liées aux dangers d’intoxication au monoxyde de carbone pouvant provenir d’une chaudière mal entretenue.

Nos contrats d’entretien

Vous trouverez ici notre modèle de contrat d’entretien ainsi que notre liste de prix en suivant ce lien-ci.

The post Quel est le meilleur moment pour entretenir sa chaudière? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Chaudière à condensation: un choix rentable et justifié. https://acdclim.be/chaudiere-a-condensation-un-choix-rentable-et-justifie/ Thu, 12 Sep 2019 12:43:46 +0000 https://acdclim.be/?p=32175 Malgré l’essor des pompes à chaleur et autres solutions alternatives, force est de constater que le marché reste dominé par la chaudière gaz ou mazout, et plus particulièrement par les chaudières à condensation. En installation neuve comme en rénovation, cet appareil est toujours proposé en priorité par les installateurs. Pourquoi ? Quels sont ses atouts

The post Chaudière à condensation: un choix rentable et justifié. appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Malgré l’essor des pompes à chaleur et autres solutions alternatives, force est de constater que le marché reste dominé par la chaudière gaz ou mazout, et plus particulièrement par les chaudières à condensation. En installation neuve comme en rénovation, cet appareil est toujours proposé en priorité par les installateurs. Pourquoi ? Quels sont ses atouts ? Est-ce un choix de raison ou de simple facilité ? Est-ce toujours la meilleure solution ?

Comprendre la condensation

La condensation est un phénomène physique qui libère de la chaleur lorsque la vapeur d’eau contenue dans les fumées passe de l’état gazeux à l’état liquide. Dans un système « traditionnel » — qu’il faut aujourd’hui considérer comme ancien et désuet* —, une partie de l’énergie contenue dans le combustible se perd dans les fumées de combustion rejetées à très haute température (jusqu’à 250 °C). Dans un système à condensation, ces mêmes fumées passent par un échangeur thermique qui fait chuter leur température à moins de 56 °C.

Et en connaître les conséquences

Ce phénomène entraîne toutefois des conséquences qui peuvent s’avérer négatives si l’on n’en tient pas compte au moment de concevoir l’installation. D’une part, la chute de température des fumées affecte le tirage naturel de la cheminée en diminuant fortement le mouvement ascendant de l’air chaud, au point de risquer l’inversion du tirage et la mise à l’arrêt de la chaudière par sécurité ; elle peut de surcroît provoquer la formation de condensats dans la cheminée et l’apparition de taches d’humidité. Nous y reviendrons plus loin. D’autre part, la condensation des fumées génère un écoulement d’eau qu’il faut évacuer vers les égouts, par gravitation ou par l’utilisation d’une pompe de relevage (lorsque le niveau du pied de cheminée est inférieur à celui des égouts). La quantité n’est pas négligeable : près de 1,5 litre d’eau à l’heure de fonctionnement pour une chaudière « standard » de 25 kW. Ces eaux peuvent être rejetées dans le réseau d’égout sans neutralisation préalable : le mélange avec les eaux ménagères suffit à compenser l’acidité des eaux de condensat.

Combien peut-on économiser ?

Pour bien comprendre d’où provient l’intérêt d’une chaudière à condensation, il faut faire la différence entre pouvoir calorifique inférieur (PCI) et pouvoir calorifique supérieur (PCS). Le premier indique la quantité de chaleur que le combustible va libérer par unité de volume ou de masse lors de la combustion ; le second y ajoute la chaleur latente de la vapeur d’eau contenue dans les fumées. Le potentiel théorique est de 6 % pour le mazout et de 11 % pour le gaz naturel, mais il est respectivement plus proche de 3 % et 8 % dans des conditions normales de fonctionnement. Cela dit, ces pourcentages sont beaucoup plus élevés si l’on compare une chaudière à condensation récente avec une chaudière atmosphérique ancienne. L’important potentiel de récupération du gaz explique aussi que la condensation a d’abord été développée pour ce combustible, le surcoût de la chaudière étant plus rapidement amorti.

Un rendement supérieur à 100 % ?

Les fabricants de chaudières à condensation renseignent souvent dans leurs fiches techniques des rendements supérieurs à 100 %. C’est évidemment une absurdité physique : on ne peut pas produire plus d’énergie que celle contenue dans le combustible, et le rendement réel est toujours inférieur à 100 %.

La raison de cette anomalie est historique : pour calculer le rendement des anciennes chaudières, on est parti du principe qu’environ 11 % de l’énergie étaient de toute façon irrécupérables ; le rendement maximal de 89 % (100 % – 11 %) a donc été fixé comme norme à 100 %. Avec une chaudière à condensation, il n’est plus question de cette perte systématique. D’après la méthode de calcul classique, on ajoute au rendement de 100 % la fraction additionnelle récupérée grâce à la condensation. Le rendement théorique d’une chaudière gaz à condensation peut ainsi s’élever à 108 % (100% + 8 %) alors qu’en réalité, le rendement réel est de 97 % (89% + 8%).

Quel retour sur investissement ?

Estimer l’intérêt financier du remplacement d’une ancienne chaudière par une chaudière à condensation est relativement simple. Il suffit de diviser l’investissement par le gain en consommation pour obtenir le nombre d’années nécessaires à l’amortissement. Il est évident que plus la consommation de l’immeuble est importante et/ou le prix du combustible est élevé, plus l’investissement sera rapidement amorti. Le calcul doit prendre en compte tous les coûts supplémentaires liés au choix de la chaudière à condensation, notamment le tubage de la cheminée ou l’évacuation vers l’extérieur, la prise d’air, le raccordement aux égouts, la modification ou le remplacement du système de régulation.

L’expérience et les études in situ indiquent globalement une amélioration de 15 à 20 % de la consommation annuelle. La formule de calcul du retour sur investissement est donc : coût de la nouvelle installation ÷ (15 à 20 % de la consommation annuelle x prix du combustible).

Pour prendre un exemple, le remplacement d’une chaudière dans une habitation unifamiliale des années 1980 donnerait : 5 000 euros ÷ (15 à 20 % x 3 000 litres x 0,77 euro/litre) = 14 à 11 ans. Or, en moyenne, un ménage belge remplace sa chaudière au bout de quelque 25 ans. La rentabilité est donc toujours assurée.

Le coût global de l’installation est évidemment un cas d’espèce et le choix de la chaudière n’est pas anodin puisqu’on trouve des appareils allant de 2 000 à 6 500 euros, selon la marque, le type (chaudière murale ou au sol), la sophistication technique et la puissance. Le coût du placement est de l’ordre de 500 à 1 500 euros selon les modifications à apporter au raccordement hydraulique sur l’installation existante.

Quelle est la puissance nécessaire ?

En construction neuve comme en rénovation, l’installateur doit déterminer la puissance requise en fonction de la situation spécifique, par un calcul précis des déperditions. Autrefois, les chaudières étaient toujours surdimensionnées, ce qui ne garantissait en rien l’efficacité du chauffage et provoquait une consommation accrue. En rénovation, si l’appareil à remplacer a plus de 25 ans, on peut franchement diminuer la puissance de 30 % sans créer d’inconfort. On tiendra compte également des éventuels travaux d’isolation réalisés ou prévus à court terme pour évaluer précisément la puissance de la nouvelle chaudière.

Le principal gain de consommation provenant du phénomène de condensation, la température de retour de l’eau de chauffage doit être inférieure à 56 °C (cfr supra). Cela implique que l’eau qui circule dans le système présente une température moins élevée que dans le cas d’une chaudière atmosphérique. Le chauffage par le sol est la solution idéale à cet égard, car sa température de fonctionnement est inférieure à celle des radiateurs. Ces derniers constituent toutefois une alternative tout à fait valable : en neuf, il suffit de les dimensionner pour constituer une grande surface chauffante ; en rénovation, ils sont souvent surdimensionnés et peuvent ainsi fonctionner à une température favorisant la condensation, à l’exception peut-être des jours les plus froids.

L’erreur, hélas fréquente, est de diminuer la surface des radiateurs en prétextant la meilleure performance de la chaudière. C’est une mauvaise idée : cela oblige à travailler à plus haute température, ce qui empêche la chaudière de condenser ses fumées.

La cheminée et l’arrivée d’air frais

La chaudière doit être alimentée en air frais pour permettre la combustion, et dotée d’une sortie pour l’évacuation des gaz. Nous avons déjà évoqué les problèmes de tirage et de condensation dans le conduit. Il existe deux solutions : le tubage de la cheminée existante ou le choix d’une sortie directe des gaz en façade ou en toiture, via un conduit spécifique.

En ce qui concerne l’arrivée d’air frais, les chaudières existent en version fermée (utilisation de l’air extérieur) ou ouverte (utilisation de l’air ambiant). Les chaudières fermées (ou étanches) sont équipées d’un conduit concentrique de type ventouse par où passent l’air d’alimentation et les gaz de fumée. Un appareil fermé n’a donc pas besoin de cheminée ; c’est l’alternative à privilégier.

En conclusion

Choisir une chaudière à condensation, c’est choisir, pour un investissement limité et inférieur à celui de tout autre système, une technologie éprouvée, efficace et rentable. En rénovation, le choix est sans concurrent et d’autant plus justifié que la consommation est élevée. En nouvelle construction, le coût d’investissement est un réel avantage par rapport à d’autres techniques comme les pompes à chaleur (dont le rendement supérieur à 300 % est en grande partie annulé par le coût élevé du kWh électrique). Reste à savoir si vous êtes prêt à investir davantage dans une solution plus respectueuse de l’environnement.

Primes possibles ?

En Wallonie et à Bruxelles, l’installation d’une chaudière gaz à condensation peut vous donner droit à une prime. Il faut toutefois remplir plusieurs conditions. De plus, le système d’octroi des primes en Wallonie sera très prochainement adapté. Renseignez-vous donc auprès des autorités régionales pour connaître les montants et la procédure à suivre.

Pour plus d’informations :

Le cas particulier des installations collectives

Dans un immeuble à appartements existant, équipé d’un conduit d’évacuation collectif de type « shunt », on ne peut pas simplement remplacer une chaudière atmosphérique par une chaudière à condensation. Ce remplacement entraînerait des problèmes de condensation interne, de mauvais tirage et de mise en sécurité des autres appareils.

Il est donc permis, dans ce cas précis, de remplacer une chaudière atmosphérique défectueuse par un nouvel appareil de même type. Contrairement à une information répandue à tort, ni la directive écoconception ni les réglementations PEB en vigueur dans les trois Régions n’obligent à installer une chaudière à condensation dans un immeuble collectif. Le règlement européen 813/2013 autorise d’ailleurs la commercialisation de chaudières non condensantes, réservées aux conduits « shunt » existants. L’objectif est d’éviter l’adaptation coûteuse des conduits d’évacuation des gaz.

La difficulté est toutefois de trouver ces appareils, certains fabricants les ayant exclus de leur ligne de fabrication. En pratique, les copropriétés devraient faire placer un conduit d’évacuation distinct sur lequel viendraient se raccorder les nouvelles chaudières à condensation au fur et à mesure de leur remplacement, et conserver le conduit existant pour les chaudières atmosphériques encore en service.

* Depuis le 26 septembre 2015, les chaudières doivent répondre à la directive européenne ErP (Energy related Products) et seule l’installation de chaudières à condensation est encore autorisée, sauf dans certaines installations collectives (voir encadré).

Texte Gérard Kaiser

Conseil : faites appel à un professionnel. Grâce à son expertise, celui pourra vous aider à choisir la meilleure solution appropriée à votre situation et à vos possibilités. Vous pouvez demander des devis sur mesure via le formulaire ci-dessous.

Vous pouvez nous demander un devis pour l’achat et le montage d’un appareil de chauffage ou de froid. Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec notre Service Technique :info@acdclim.be.
+32 (0)493 34 60 60

The post Chaudière à condensation: un choix rentable et justifié. appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Les primes habitation en région Wallonne (à partir du 1er juin 2019). https://acdclim.be/les-primes-habitation-en-region-wallone-a-partir-du-1er-juin-2019/ Wed, 04 Sep 2019 07:31:25 +0000 https://acdclim.be/?p=32167 Vous avez un projet de rénovation qui implique des travaux de diverses natures ? Vous souhaitez améliorer la performance énergétique de votre habitation, économiser de l’énergie ? Vous avez un projet de rénovation qui implique des travaux de diverses natures ? Vous souhaitez améliorer la performance énergétique de votre habitation, économiser de l’énergie ? Votre

The post Les primes habitation en région Wallonne (à partir du 1er juin 2019). appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Vous avez un projet de rénovation qui implique des travaux de diverses natures ?
Vous souhaitez améliorer la performance énergétique de votre habitation, économiser de l’énergie ?
Vous avez un projet de rénovation qui implique des travaux de diverses natures ?

Vous souhaitez améliorer la performance énergétique de votre habitation, économiser de l’énergie ?

Votre logement connaît des problèmes de salubrité et vous voulez les solutionner ?

La Wallonie vous propose 2 types d’aides :

  • des primes : le passage d’un auditeur et un simple formulaire demande de prime ‘Audit’, débloquera le processus qui vous permettra de recevoir des primes pour différents travaux. Grâce au passage de l’auditeur, vous recevrez tous les conseils utiles pour mener à bien vos travaux.

  • des prêts à taux réduit ou taux zéro qui incluent la demande des primes.

Pour bénéficier des primes, les travaux doivent être réalisés en suivant l’ordre des bouquets de travaux prévus dans le rapport d’audit établi par un auditeur logement agréé par la Wallonie.

Cet auditeur réalisera une analyse de la qualité énergétique globale de votre logement et mettra en évidence d’éventuels autres problèmes auxquels il conviendrait de remédier (ex. manque d’étanchéité de la toiture, problèmes de stabilité des murs…).

Suite à cette analyse, il vous dira par où commencer pour améliorer de manière cohérente votre bâtiment, améliorer votre confort, voir vos factures de chauffage diminuer et contribuer, à votre échelle, à la lutte contre le dérèglement climatique !

Si vous souhaitez profiter des primes pour vos travaux, vous ne pouvez donc pas les commencer sans une visite préalable de cet auditeur et la remise de son rapport.

Le montant des primes sera adapté selon votre catégorie de revenus, selon la composition de votre ménage, selon les travaux que vous souhaitez faire et à leur contribution à l’amélioration de la performance énergétique de votre habitation.

Si vous demandez un prêt, le montant des primes auxquelles vous avez droit est pris en compte par l’organisme de prêt (la Société wallonne du Crédit Social si vous avez 2 enfants maximum ou le Fonds du Logement de Wallonie si vous avez 3 enfants ou assimilés et plus) qui diminuera la durée du prêt en conséquence.

Vous trouverez en cliquant sur ce lien un document qui vous explique pas-à-pas comment demander ces primes.

Conseil : faites appel à un professionnel. Grâce à son expertise, celui pourra vous aider à choisir la meilleure solution appropriée à votre situation et à vos possibilités. Vous pouvez demander des devis sur mesure via le formulaire ci-dessous.

Vous pouvez nous demander un devis pour l’achat et le montage d’un appareil de chauffage ou de froid. Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec notre Service Technique :info@acdclim.be.
+32 (0)493 34 60 60

The post Les primes habitation en région Wallonne (à partir du 1er juin 2019). appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Comment passer du mazout au gaz, étape par étape ? https://acdclim.be/comment-passer-du-mazout-au-gaz-etape-par-etape/ Mon, 26 Aug 2019 15:12:54 +0000 https://acdclim.be/?p=32154 Réputé moins polluant et ne nécessitant pas de stockage, le gaz naturel séduit de plus en plus de Belges. Voici les différentes démarches à entreprendre pour passer du mazout au gaz, afin de vous lancer en toute connaissance de cause. Pour passer du mazout au gaz, non seulement vous devez vérifier si le raccordement est

The post Comment passer du mazout au gaz, étape par étape ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Réputé moins polluant et ne nécessitant pas de stockage, le gaz naturel séduit de plus en plus de Belges. Voici les différentes démarches à entreprendre pour passer du mazout au gaz, afin de vous lancer en toute connaissance de cause.

Pour passer du mazout au gaz, non seulement vous devez vérifier si le raccordement est possible, vous débarrassez de votre citerne et choisir une nouvelle chaudière. A vous après de choisir votre fournisseur.

Votre raccordement au gaz est-il possible?

La première question à vous poser est bien sûr celle de la possibilité de raccordement de votre habitation au gaz de ville. Il suffit pour cela de contacter votre gestionnaire de réseau de distribution, qui se chargera ensuite du raccordement et de l’ouverture de votre compteur. Si le raccordement est impossible, il vous reste la solution d’une citerne au propane qui posera, tout comme le mazout, le problème du stockage du combustible en réservoir.

Comment éliminer votre citerne à mazout?

  • Vous êtes soumis à certaines mesures légales concernant la mise hors service définitive de votre réservoir à mazout. Votre citerne doit d’abord être vidée, nettoyée et dégazée.
  • Les résidus de nettoyage doivent être évacués par un collecteur agrée. Il faut ensuite faire évacuer votre citerne (par un ferrailleur par exemple). Si cette évacuation est techniquement impossible (attention : en Flandre et à Bruxelles, cette impossibilité doit être constatée officiellement), la citerne doit être remplie d’un matériau inerte (sable stabilisé, béton mousse…).
  • Conservez soigneusement les documents attestant la mise hors service de la citerne.
  • A noter également : certaines communes accordent une prime pour l’enlèvement de votre ancienne cuve à mazout.

Quel est le meilleur choix de chaudière?

Aujourd’hui, les chaudières à condensation constituent plus de 60 % des ventes de chaudières au gaz. Avec leur excellent rendement, les chaudières de ce type constituent effectivement un bon investissement. Mais l’installation de cette chaudière nécessitera parfois une mise à niveau du conduit de cheminée (placement d’un coude et d’une buse extérieure, voire tubage).Rappelons également que les systèmes les mieux compatibles avec les chaudières à condensation sont le chauffage par le sol et les radiateurs surdimensionnés et que vous bénéficiez de primes régionales et de réductions d’impôt accordés pour le remplacement de la chaudière.

Quel fournisseur choisir?

L’achat du gaz naturel s’effectue via un fournisseur. Depuis la libéralisation du marché de l’énergie, le choix de ce fournisseur est libre. Il existe sur internet plusieurs simulateurs en ligne (www.monenergie.be, www.cwape.be, www.brugel.be…) qui vous permettront de comparer les tarifs des différents fournisseurs en fonction de la commune où est située votre habitation et de votre consommation.

Conseil : faites appel à un professionnel. Grâce à son expertise, celui pourra vous aider à choisir la meilleure solution appropriée à votre situation et à vos possibilités. Vous pouvez demander des devis sur mesure via le formulaire ci-dessous.

Vous pouvez nous demander un devis pour l’achat et le montage d’un appareil de chauffage. Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec notre Service Technique :info@acdclim.be.
+32 (0)493 34 60 60

The post Comment passer du mazout au gaz, étape par étape ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Quelle source d’énergie utiliser pour le chauffage ? https://acdclim.be/quelle-source-denergie-utiliser-pour-le-chauffage/ Sat, 10 Aug 2019 17:38:20 +0000 https://acdclim.be/?p=32120 Si vous comptez construire une nouvelle maison, ou si vous devez remplacer votre vieille chaudière, plusieurs possibilités s’offrent à vous pour le chauffage. Le choix le plus important est la source d’énergie que vous allez utiliser. Voici un aperçu des différentes possibilités, avec leurs avantages et leurs inconvénients. Source d’énergie Avantages Inconvénients Gaz naturel +

The post Quelle source d’énergie utiliser pour le chauffage ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Si vous comptez construire une nouvelle maison, ou si vous devez remplacer votre vieille chaudière, plusieurs possibilités s’offrent à vous pour le chauffage. Le choix le plus important est la source d’énergie que vous allez utiliser. Voici un aperçu des différentes possibilités, avec leurs avantages et leurs inconvénients.
Source d’énergie Avantages Inconvénients
Gaz naturel + Pas besoin d’espace de stockage
+ Moins coûteux que le mazout
– Le raccordement au réseau n’est pas possible partout
– Le prix du gaz varie
– Combustible fossile
Mazout + Indépendance par rapport au réseau
+ Possibilité d’acheter du mazout quand le prix est plus bas
– Besoin d’un espace de stockage
– Combustible fossile
Électricité + Facile à installer
+ Pas besoin de conduit d’évacuation
– Plus coûteux que les autres sources d’énergie
– Seulement intéressant et écologique avec des panneaux solaires
Biomasse (bois/pellets) + Source d’énergie bon marché
+ Électricité renouvelable
– Installation coûteuse
– Besoin d’un espace de stockage
Énergie renouvelable + Écologique
+ Basse consommation
– Installation coûteuse

Gaz naturel

Le gaz naturel est, avec le mazout, la source d’énergie la plus utilisée par la plupart des ménages. Il s’agit d’un combustible fossile et ce n’est donc pas une option idéale pour l’environnement. Cela dit, les systèmes de chauffage au gaz modernes n’émettent pas tellement de CO2 et peuvent facilement être combinés avec des sources d’énergie renouvelable (chauffe-eau solaire ou pompe à chaleur).

Contrairement au mazout, vous n’aurez pas besoin d’espace pour le stockage. Le raccordement se fait directement au réseau de distribution de gaz. L’inconvénient, c’est que ce n’est pas toujours possible selon les endroits, surtout dans les régions rurales.

En général, une chaudière au gaz coûte moins cher qu’une chaudière au mazout. Le prix du gaz varie selon les évolutions du marché, et dépend également de votre consommation, fournisseur et commune.

Mazout

Le mazout, comme le gaz, est un combustible fossile. Cependant, il est aussi possible de combiner une chaudière au mazout avec des systèmes plus écologique pour limiter l’impact sur l’environnement.

En plus de l’aspect sécurité, l’indépendance par rapport au réseau représente l’avantage principal du chauffage au mazout. De plus, c’est une solution applicable pour toutes les maisons, contrairement au gaz. Cependant, vous aurez besoin d’une citerne à mazout pour le stocker, ce qui coûte de l’argent et prend de l’espace. D’un autre côté, cela vous donne la possibilité d’attendre le moment quand le prix est au plus bas pour remplir cette citerne.

Enfin, vous ne payez que pour la quantité de mazout consommée. Contrairement au gaz, il n’y a pas de frais de raccordement ou de gestion du réseau. En général, vous ne devrez faire remplir votre citerne qu’une fois par an.

! Interdiction du chauffage au mazout !

Le pacte énergie interfédéral prévoit l’interdiction de la vente de chaudières au mazout d’ici l’année 2035, pour des raisons écologiques. En Wallonie, c’est cette date butoir qui a été retenue, tandis qu’à Bruxelles, les autorités souhaitent atteindre cet objectif pour 2025. Il ne sera pas interdit d’utiliser ou d’entretenir des installations de chauffage au mazout existantes, seulement d’acheter de nouvelles installations.

Électricité

Le chauffage à l’électricité, par accumulation, avec des radiateurs électriques ou un chauffage au sol électrique, offre certains avantages : la sécurité, la rapidité… De plus, ce n’est pas un combustible fossile et il n’y a pas besoin de conduit d’évacuation. Cependant, le prix de l’électricité est élevé et cette source d’énergie n’est donc pas très populaire pour le chauffage.

Pourtant, avec la démocratisation des panneaux solaires, il est dorénavant possible de générer de l’électricité soi-même et de manière écologique. Se chauffer avec cette électricité peut être une option intéressante. La pompe à chaleur est un autre exemple de système électrique économique.

Biomasse (bois/pellets)

Une chaudière biomasse fonctionne de la même manière qu’une chaudière au mazout ou au gaz. La différence, c’est qu’elle consomme des combustible organiques, comme le bois ou les produits dérivés du bois comme les pellets.

Les pellets sont l’option la plus populaire. Dans ce cas, on parle de chaudière ou de poêle à pellets. Il s’agit de granulés de bois fabriqués à partir des restants du bois utilisé pour d’autres applications.

Au niveau du prix, un système de chauffage biomasse coûte plus cher lors de l’achat initial, mais le coût du bois de chauffage ou des pellets est beaucoup plus bas que celui du mazout ou du gaz.

Il faut également prévoir un espace de stockage. L’avantage, c’est que vous n’êtes pas dépendant d’un gestionnaire de réseau.

Énergie renouvelable

Avec les normes plus strictes en matière de protection de l’environnement et la réduction de l’utilisation des combustibles fossiles dans le futur, le chauffage utilisant l’énergie renouvelable devient de plus en plus important. Il y a différentes façons de générer ou d’utiliser de l’énergie renouvelable par soi-même.

Via l’énergie solaire, par exemple, où on utilise la chaleur de soleil pour générer de l’électricité (panneaux photovoltaïque) ou pour chauffer de l’eau (chauffe-eau solaire).

Il est également possible de puiser la chaleur du sol avec la géothermie, avec une pompe à chaleur géothermique.

Enfin, l’air extérieur peut aussi servir de source de chaleur pour les pompes à chaleurs aérothermiques.

Conclusion : quel est le meilleur choix ?

Comme vous le voyez, il y a beaucoup de possibilités pour chauffer son habitation et il n’est pas évident de faire un choix. Chaque source d’énergie a ses avantages et ses inconvénients. Avant de faire votre choix d’une solution de chauffage approprié, voici quelques facteurs dont vous devez tenir compte :

Votre budget et votre consommation vont jouer un rôle important. Il y a non seulement les frais d’installation, mais aussi le coût de l’entretien et l’évolution du prix de l’énergie même.

Pensez également au côté pratique. Est-il possible de raccorder votre maison au réseau de gaz ? Avez-vous assez d’espace pour stocker des pellets ou pour poser une citerne à mazout ?

L’entretien et la facilité d’utilisation sont aussi des facteurs importants. Allez-vous porter des sacs de pellets ou faire remplir la citerne à mazout ? Ou est-ce que le raccordement au gaz de ville semble plus faisable ? Une chaudière au gaz ne doit être entretenue qu’une fois tous les 3 ans, tandis que c’est une fois par an pour celles au mazout.

Enfin, il y a l’impact du chauffage sur l’environnement. La pompe à chaleur est l’une des solution les plus écologiques, mais cela requiert un investissement important.

Conseil : faites appel à un professionnel. Grâce à son expertise, celui pourra vous aider à choisir la meilleure solution appropriée à votre situation et à vos possibilités. Vous pouvez demander des devis sur mesure via le formulaire ci-dessous.

Vous pouvez nous demander un devis pour l’achat et le montage d’un appareil de chauffage. Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec notre Service Technique :info@acdclim.be.
+32 (0)493 34 60 60

The post Quelle source d’énergie utiliser pour le chauffage ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Combien coûte la mise en conformité d’une installation électrique ? https://acdclim.be/combien-coute-la-mise-en-conformite-dune-installation-electrique/ Sat, 20 Jul 2019 15:39:02 +0000 https://acdclim.be/?p=32084 12-11-18 – Immovlan.be Trop souvent, l’installation électrique des biens immobiliers d’occasion n’est pas conforme à la législation. Quelles sont les conséquences pour le vendeur et pour l’acheteur ? Combien coûte une telle remise en conformité ? C’est un constat propre à l’ensemble du marché immobilier d’occasion : la grande majorité des biens présente une installation électrique

The post Combien coûte la mise en conformité d’une installation électrique ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>

12-11-18 Immovlan.be

Trop souvent, l’installation électrique des biens immobiliers d’occasion n’est pas conforme à la législation. Quelles sont les conséquences pour le vendeur et pour l’acheteur ? Combien coûte une telle remise en conformité ?

C’est un constat propre à l’ensemble du marché immobilier d’occasion : la grande majorité des biens présente une installation électrique qui n’est pas conforme à la législation. Absence de schéma électrique, défaut d’isolation des fils, manque de différentiels, problème de prise de terre : tels sont les erreurs les plus courantes qui rendent l’installation non conforme aux yeux de la législation. Si tel est le cas de votre bien, que devez-vous faire ?

Tout propriétaire désireux de vendre une habitation dont l’installation électrique est antérieure au 1er octobre 1981 doit obligatoirement faire contrôler cette dernière par un organisme agréé. Le contrôle a pour objectif d’établir la conformité de l’installation électrique par rapport aux prescriptions du RGIE (Règlement Général sur les Installations Électriques). Le vendeur est ensuite tenu de produire cette attestation de contrôle lors de la signature du compromis de vente devant notaire, au même titre que la certification PEB.

Pour le vendeur, rien ne change…

Que l’installation électrique soit jugée conforme ou non ne change rien pour le vendeur : il peut vendre son bien. La législation lui impose en effet de produire un rapport sur l’installation électrique, pas de mettre l’installation en conformité.

Vigilance de mise pour l’acheteur

Du point de vue de l’acheteur, la vigilance est de mise. Mieux vaut jeter un œil sur le rapport de conformité, généralement entre les mains de l’agence, de manière à pouvoir budgéter ce poste. N’hésitez pas à montrer le rapport à un professionnel, qu’il vous apporte un avis éclairé sur le sujet et surtout une idée du budget !

Combien de temps pour vous mettre en règle ?

Après la vente, le notaire transmet les coordonnées du nouveau propriétaire à l’organisme qui a contrôlé l’installation électrique. Et si celle-ci est jugée non conforme, l’acquéreur dispose de 18 mois après la vente pour y remédier.

Concrètement, qu’est-ce que ça coûte de rendre son installation conforme ?

Pour une maison traditionnelle de 2-3 chambres, la rénovation complète d’une installation électrique vétuste implique un budget qui avoisine les 6.000 à 7.000 euros en moyenne. Quand il s’agit d’adaptations minimes, le budget reste souvent inférieur à 1.000 euros. Une fois les travaux de mise en conformité terminés, il faudra faire contrôler l’installation par un organisme agréé, ce qui coûte environ 150 euros. Idéalement, mieux vaut faire appel au même organisme.

Et après ?

Une fois délivré, le certificat de mise en conformité est valable pour une durée de 25 ans, pour autant qu’il ne soit procédé à aucune modification/extension. Les immeubles de rapport sont quant à eux soumis à une obligation de contrôle de l’installation électrique tous les 5 ans.

Vous pouvez nous demander un devis pour l’achat et le montage d’un appareil de climatisation . Pour plus d’informations, veuillez prendre contact avec notre Service Technique :info@acdclim.be.
+32 (0)493 34 60 60

The post Combien coûte la mise en conformité d’une installation électrique ? appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Nous recrutons… https://acdclim.be/nous-recrutons/ Mon, 15 Jul 2019 15:51:15 +0000 https://acdclim.be/?p=32063 Nous cherchons un technicien chauffagiste. Nous cherchons un technicien chauffagiste motivé par son travail et par notre défis d’entreprise pour gérer les installations de nos clients: entretiens, montages, réparations… Tâches: – Installation et entretien de chauffage central, ventilation, air conditionné et sanitaire. – Récolte d’informations (détails chaudière, pièce(s) défaillante(s), photos… ) pour qu’un devis puisse

The post Nous recrutons… appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>

Nous cherchons un technicien chauffagiste.

Nous cherchons un technicien chauffagiste motivé par son travail et par notre défis d’entreprise pour gérer les installations de nos clients: entretiens, montages, réparations…

Tâches:

– Installation et entretien de chauffage central, ventilation, air conditionné et sanitaire.
– Récolte d’informations (détails chaudière, pièce(s) défaillante(s), photos… ) pour qu’un devis puisse être établi.

Votre profil:

– Chauffagiste, électro-mécanicien expérimenté ou avec peu d’expérience.
– Vous avez des connaissances en bruleur gaz et mazout
– Vous disposez aussi de bonnes connaissances en électricité
– Certifié Cédicol
– Si possible GI – GII – CERGA – PEB
– Vous êtes en disposition d’un permis de conduire B
– De préférence sous statut d’indépendant (à discuter).

Nous vous offrons:

– Nous garantissons un travail temps plein
– un cadre de travail dans une société dynamique et en pleine expansion
– Des formations tant en interne de la société que l’accès aux certifications manquantes
– Divers avantages: véhicule, téléphone…

N’hésitez pas à nous contacter pour recevoir plus d’informations: info@acdclim.be.

The post Nous recrutons… appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>
Nos contrats sont en ligne. https://acdclim.be/nos-contrats-dentretien/ Fri, 28 Jun 2019 12:10:45 +0000 https://acdclim.be/?p=31998 Nouveauté chez A.C.D.Clim: Vous pouvez, dès maintenant, commander vos contrats d’entretien en ligne. Comment ça marche ? Il vous suffit de remplir ce formulaire: commande de contrat en cliquant ici. Vous recevrez alors une confirmation de notre part ainsi que le contrat. Vous devrez simplement nous retourner le contrat signé ainsi que verser le montant

The post Nos contrats sont en ligne. appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>

Nouveauté chez A.C.D.Clim:

Vous pouvez, dès maintenant, commander vos contrats d’entretien en ligne.

Comment ça marche ?

Il vous suffit de remplir ce formulaire: commande de contrat en cliquant ici. Vous recevrez alors une confirmation de notre part ainsi que le contrat. Vous devrez simplement nous retourner le contrat signé ainsi que verser le montant annuel pour que votre contrat soit activé.

Grâce à votre contrat d’entretien de chaudière, vos entretiens annuels seront gérés par nos soins et A.C.D.Clim vous avertira chaque année lors de la date d’échéance de votre précédent entretien, ainsi vous n’avez plus besoin de vous en soucier !

Vos contrats d’entretien avec A.C.D.Clim ont une durée de 5 ans, ce contrat peut être rompu à tout moment par les deux parties. En cas de déménagement, le contrat ne change pas, veuillez simplement nous communiquer votre nouvelle adresse.

Vous trouverez, en cliquant ici nos différentes formules et prix des contrats.

Besoin d’un dépannage en urgence ? Nos chauffagistes sont disponibles 24h/24 7j/7 et interviennent dans les plus brefs délais pour parer à tous vos problèmes de chauffage ou d’airco.

N’hésitez pas à nous contacter pour recevoir plus d’informations: info@acdclim.be.

The post Nos contrats sont en ligne. appeared first on A.C.D.Clim s.r.l..

]]>